Association des écuries de l'espoir

J'avais un rêve... je voyais des poney, je voyais des cavaliers, je voyais des couples. Dans ce rêve la violence n'existait pas ni cet égoïsme étrange. il s'agissait d'un rêve d'espoir, alors vient nous rejoindre ( écurie virtuel)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire des fondatrices

Aller en bas 
AuteurMessage
Mona de Varlène
Admin
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 22/05/2011

MessageSujet: Histoire des fondatrices    Ven 3 Juin - 18:14

L'équitation et mon travail, un équilibre plus qu'indispensable pour moi et cela depuis toujours. Dans mon cabinet 8 heures par jour je vois des personnes défiler et ils me racontent leurs problèmes j'essaye de les aider sans toujours y arriver j'en suis consciente et c'est bien cela le pire. Les clients délaissent leurs soucis sur moi. Eux se sentent mieux, mais moi je trimballe leur peine encore deux heures après.
Le soir je m'enfuis dans le noir avec mon petit cheval de toujours. Je pars, nous galopons et nos cœurs battent au même rythme parce que nous étions faits l'un pour l'autre.
Lorsque j'étais jeune je montais dans un petit club familial. Une bonne monitrice quelques concours club rien de bien spectaculaire, mais cette équipe ce soutenait et aussi les couples... Chacun de nous avait dressé son cheval et l'image ressemblait à la perfection. Mais le temps et l'argent nous séparèrent. Oui le temps, quelques-unes arrêtèrent de monter d'autres s'occupèrent de leur travail, de leur vie de couple et le cheval fut oublié. Peu d'entre nous restèrent et il m'arrive encore de regarder les images de ma jeunesse en pleurant de tristesse et de bonheur. A vrai dire je me sens bien seule les soirs avec lui. Dans mon club c'est chacun pour soit et les gens sourient en critiquant. Je vois avec tristesse les petits cavaliers possédant 5 poneys différents. Certes ils montent bien mais, leurs poneys me regardent les yeux vides ne souhaitant qu'un petit peu d'amour en retour de leurs efforts.
Et soudainement les choses changent il n'est plus là il est parti à jamais. Mon petit cheval gris, mon amour et ma vie. Il est là, dans ce pré et il ne bouge plus.
Je lance tout, je prends des vacances je m’en vais et comme dans un rêve je vois défiler les concours et les cavaliers devant moi. Je vois les rêves écrasés sous la pression de la compétition, je vois les défaites et les victoires. J’entends les critiques et les larmes et j’essaye de me rappeler de ce que devrait être l’équitation. Certains parlent d’art, d’autres de sport et moi je ne voyais que la répétition de la même tragédie.
Je voyais un rêve de bonheur. Je suis revenue vers une amie de toujours, ai posé sur la table l’argent qu’il me restait et dans un élan d’espoir pour les jeunes l’association des écuries de l’espoir fut créée. Des cavaliers et des chevaux destinés à former de vrais couples et ensembles d’aller au-delà de leurs rêves les plus fous. Céline Ménaut et Mona de Varlène pour le beau de l'équitation, pour aller le plus loin possible sans pression seulement en s'amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecurie-de-l-espoir.forumgratuit.org
 
Histoire des fondatrices
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite histoire de la canne à pêche.
» Sortie de bunker, histoire d'angles...
» Histoire d'un Bordeaux - Paris, aller et retour...
» l'histoire en 5 mots
» L'histoire par l'histoire vu et ecrit par kERLAU YM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Association des écuries de l'espoir :: Avant de Jouer :: Règlement et Contexte-
Sauter vers: